12 février 2019

Tout savoir sur la cicatrisation des plaies de coupe à la suite d’un élagage

L’élagage est un procédé indispensable pour l’entretien d’un arbre bien qu’il l’agresse et le blesse de manière assez grave. Une certaine connaissance technique et du bon sens sont nécessaires pour éviter que le végétal tombe malade à la suite d’une taille de branches.

La taille de branches, une activité dangereuse pour la santé de l’arbre

La plaie résultante de la taille des branches rend vulnérable le végétal jusqu’à ce que sa cicatrisation soit complète. Comme pour les humains, la plaie béante qui existe suite à la coupe rompt la barrière qui empêchait les maladies et les parasites d’attaquer l’intérieur de l’arbre. Une multitude de pathologies peuvent alors agresser ce dernier, mais les arborites les classifient en deux.

D’une part, il y a ceux que l’on appelle champignons lignivores. Présentes sur les blessures de grande taille, ces derniers sont très résistants et s’attaquent exclusivement aux branches mortes. Ces champignons décomposent alors au cœur des arbres âgés et créent un énorme trou de l’intérieur. Comme les végétaux atteints de polypores géants ou de fistulines hépatiques, les arbres agressés par les champignons lignivores ne disposent plus de résistance mécanique et sont dépourvus de stabilité.

D’autre part, les champignons microscopiques désintègrent les tissus vivants et empêchent la circulation de la sève en bouchant leurs vaisseaux conducteurs. Il en résulte alors une altération organique et fonctionnelle comme la maladie du corail présente sur les jeunes arbres, le chancre européen du poirier ainsi que le chancre coloré.

Afin de limiter les risques d’exposition à ces champignons, il est nécessaire de couper seulement les branches ayant un diamètre de moins de 5 centimètres. Au-delà de cette dimension, l’arbre pourrait rencontrer de graves maladies. Seule l’intervention d’un expert en élagage tel que cet élagueur dans le 58 permet de garantir l’efficacité de la cicatrisation de l’arbre puisque ce prestataire a les compétences requises pour déterminer si la taille est opportune ou s’il faut encore attendre une saison spécifique.

Quand est-ce qu’il faut procéder à la taille ?

Le développement des champignons à la suite d’une coupe de branches dépend de la saison au cours de laquelle cette dernière est réalisée. Pour la majorité des végétaux, l’hiver est celle qui est la plus favorable pour élaguer un arbre. Le froid arrête la prolifération des champignons sur la plaie. Mais en plus de cela, pendant la saison hivernale, l’arbre est au repos, ce qui veut dire que la sève ne s’écoulera pas.

Le mois de juin est le moment propice à l’élagage si vous habitez dans une localité proche de la mer Méditerranée. Les chercheurs ont découvert que dans ces régions, les arbres connaissent une prompte cicatrisation et un faible taux d’infection s’ils sont taillés au cours de ce mois de l’année.

Comment la taille de la branche doit-elle être effectuée ?

La qualité de la coupe a une incidence majeure dans la rapidité de la cicatrisation de l’arbre. Votre élagueur doit intervenir exactement à la limite du col inférieur du bois pour ne pas affecter la zone méristématique. Afin d’obtenir une taille nette, il est indispensable également d’utiliser des outils bien tranchants. Pensez donc à les aiguiser si vous procédez vous-même à l’élagage.

Le cicatrisant est-il vraiment indispensable ?

Plusieurs types de cicatrisants sont proposés sur le marché. Vous pouvez opter pour du mastic comme vous pouvez utiliser une bombe aérosol. Les élagueurs préfèrent toutefois les premiers compte tenu de l’épaisseur de la couche qui sera appliquée sur la plaie. Le problème majeur avec le mastic, c’est qu’il s’assèche et se fissure assez rapidement. Rien ne vous empêche toutefois de renouveler l’application pour éviter le développement de champignons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *